Une fois arrivés, ils allèrent s’installer tous dans les gradins pour voir le match de Tommy, sauf Nando qui alla dans les vestiaires pour se préparer et se concentrer. Tommy de son côté était déjà sur le court. En effet, il avait dû partir avant les autres pour être à l’heure. Mais une fois tous assis, une personne vint les surprendre :
*** : RAFAAAA !!! t’es toujours aussi beau, aussi fort et aussi classe !!
En entendant cela, ils se retournèrent tous, surpris. Serena quant à elle se retourna avec une certaine colère
Serena  : QUI OSE DIRE CA A MON MARI ????
**** : oh Serena, j’espère que tu ne seras pas jalouse de moi ?!!
  Maribel : moi aussi !! ça fait quelques mois qu’on ne s’est pas vu, alors j’ai eu envie de venir te voir !
Rafa : ça me fait plaisir !! mais mon match était hier, tu sais ? et puis, comment tu savais qu’on allait être ici ?
Maribel devenant un peu rouge : je me doutais que vous viendriez voir Tommy, Nando et les autres…
Rafa, vexé : alors tu viens voir ton ex et t’es même pas venu 1 jour avant pour voir ton frère jouer ?
Serena : oh Rafa c’est bon, elle a dû avoir un empêchement ! et puis ce n’était que ton 1er tour !
Rafa : oui mais Tommy est son ex et moi son frère !
Mélo : ce que les hommes peuvent être insupportables avec ce tournoi ! elle est ici maintenant, alors arrête un peu Rafa !
Nole : quel égocentrique ce Rafa ! je comprends qu’il t’agace ma chérie !!
Mélo fixa Nole, et décida de se taire, espérant que Nole s’était vraiment rendu compte qu’il était encore plus agaçant que Rafa avec ce tournoi
Rafa : oui bon ok ! mais tu restes avec nous pendant tout le tournoi au moins ?
Maribel : bien sur ! je vais bien en profiter pour passer du temps avec mon frère ! et avec ma belle-sœur et mon oncle !
Serena : ça me fait plaisir que tu sois venue
Elle alla prendre Maribel dans ses bras et lui chuchota à l’oreille : toutes les filles savons pour Tommy et toi ! j’en suis très heureuse !! mais pense à le dire à ton frère, ça lui évitera de se sentir moins important qu’un « ex ».
Maribel : oui je lui dirais, mais j’ai appris que leur relation avec Tommy s’était un peu dégradée quand mon frère à fait n’importe quoi avec Vivi, alors j’espère que c’est passé !
Serena : ils paraissent moins proches, oui. Mais ils restent bons amis, ne t’inquiète pas !


Maribel se mit donc à côté de Rafa qui n’arrêtait pas de lui poser des questions.
Feli essaya pour sa part d’aller parler à Bulle, qui était assise avec Julian et paraissait perdue dans ses pensées
Feli : Bulle, je peux te parler ?
Bulle  : hein ? quoi ? euuuhh oui !
Julian : papa et maman, vous allez encore vous disputer ?
Feli : mais non mon grand. Par contre tu devrais aller un peu avec les autres enfants de ton âge, parce qu’on doit se parler avec maman
Julian : bon d’accord



Julian alla rejoindre Paolo, Caroline, Quentin et Arthur qui étaient avec Vivi, Lucie et Richard.
Feli : Bulle écoute je suis vraiment désolé. J’ai pris conscience de toutes mes erreurs et je sais que je suis un imbécile. Jamais je n’aurais dû entrer dans le jeu de Veronica.
Bulle : alors il ne fallait pas le faire 
Feli : oui je sais, mais je ne sais pour quelle raison, je n’ai pas su m’en empêcher. Mais je pense que c’est peut-être un bien pour un mal, puisqu’aujourd’hui je suis plus sûr que jamais que tu es la femme de ma vie, que je t’aime plus que tout et je veux passer le reste de ma vie avec toi !
Bulle : mais tu nous as fait beaucoup de mal à Julian et moi…
Feli : je le sais et je sais que ce ne sont pas des choses qui s’oublient facilement. Mais j’espère que tu pourras quand même me pardonner. Je suis soulagé que Victor m’ait pardonné et j’espère que tu pourras faire pareil ! tu penses que tu en es capable ?
Bulle, repartit dans ses pensées : Victor !!! mais il est ou d’ailleurs ? 
Elle se mit à regarder autour d’elle.
Bulle parlant seule : mais pourquoi il n’est pas ici ??
Feli : Bulle, tu pourrais me répondre ? est-ce que tu penses que tu es capable de me pardonner ?
Bulle : mais je ne comprends pas, j’étais sûre qu’il était dans une des voitures !
Feli : Buullee !!!! est-ce que tu pourrais me répondre ??
Bulle : hein ? euuuhhh…c’est quoi déjà la question ?
Feli : je peux savoir ce qu’il t’arrive ?
Bulle : euh non rien, je cherchais juste Julian, mais je viens de voir qu’il est avec les enfants
Feli : oui comme je lui avais demandé
Bulle : oui mais je m’inquiétais, rien de plus ! Et puis j’aimerais voir le match de Tommy stp.
Feli déçu : bon ok, mais tu pourras au moins répondre à ma question ?
Bulle regardant toujours autour d’elle : oui oui, plus tard

Feli s’en alla, ne comprenant pas la réaction de Bulle. Mais il  ne savait pas vers qui se tourner. Tommy jouait, Nando était au vestiaire, se préparant pour son match et Rafa ne lâchait plus sa sœur. Il avait besoin de parler, mais ses meilleurs amis étaient occupés. Il décida donc d’aller vider son sac auprès de Paulo

Feli : ça va Paulo ? ça fait un petit moment qu’on a pas parlé entre mecs ! 
Paulo : t’as besoin de parler toi ?!
Feli : oui, j’ai besoin de vider mon sac et je ne sais pas auprès de qui le faire…
Paulo : Quiterie, tu pourrais nous laisser stp, on a besoin de discuter un peu Feli et moi !
Quiterie : ok, je vais aller parler à Vero
Paulo : vas-y Feli, je t’écoute !
Feli : je sais plus où on en est avec Bulle !
Paulo : mais ne t’inquiète pas, elle reviendra vite vers toi ! elle t’aime !
Feli : par moment j’ai l’impression qu’elle n’en a plus rien à faire de moi…
Paulo : il faut que tu lui laisses du temps ! après ce que tu lui as fait, c’est normal qu’elle t’en veuille… mais elle t’aime quand même !! tu l’as bien entendu t’encourager pendant ton match, non ?
Feli : oui, mais elle parait lunatique. Par moments j’ai l’impression de la retrouver, et à d’autres moments j’ai l’impression qu’elle s’en fiche royalement de moi…
Paulo : avec le temps ça va passer, mais pour l’instant elle a besoin de faire le point. Pour avoir vécu la même chose, je sais comme c’est dur de faire face à cette situation ! Et c’est très compliqué de pardonner une chose pareille
Feli : d’ailleurs, comment ça se fait qu’aujourd’hui, même en ayant divorcé, tu ne lui en veuilles plus à Vivi ?
Paulo : je lui ai tout pardonné quand j’ai vu mon petit Paolo pour la première fois !! Tu peux comprendre ça aussi, tu as un enfant avec Bulle. Avoir un enfant est la plus belle chose au monde, et c’est le plus beau cadeau que Vivi m’ait fait. Alors quand je le regarde, je pardonne tout à Vivi parce que je suis fier de mon fils, et que c’est elle qui m’a donné ça ! Ceci dit, je lui ai pardonné, mais je crois que jamais je ne pourrais oublier. Quand on te trompe, tu vis dans la peur que ça recommence à nouveau. Tu perds confiance en toi, tu perds toute confiance pour les autres personnes, et tu as du mal à recommencer à aimer, aussi bien avec cette personne qui t’a fait du mal, qu’avec une autre.
Quand on s’est mis ensemble avec Quiterie, elle a failli me quitter plusieurs fois. Elle disait que je n’avais pas confiance en elle, et elle comprenait mon passé, mais elle ne comprenait pas que je sois comme ça avec elle alors que c’était Vivi qui m’avais fait souffrir. Mais quand ça t’arrives, tu ne peux plus contrôler ça. Tu perds toute confiance envers toute personne, et ça m’a couté beaucoup de disputes, et j’ai même failli perdre Quiterie. On ne pense jamais aux conséquences que ça peut avoir, mais quelques baisers peuvent blesser une personne à jamais.
Feli, totalement déstabilisé : j’avoue que je n’avais jamais que quelques baisers pourraient avoir toutes ces conséquences. Aujourd’hui tu m’as ouvert les yeux, et bien que je savais que j’avais fait du mal à Bulle, je vois que c’est bien plus que ça.
Paulo : je ne veux pas que tu te sentes encore plus mal à cause de moi, mais je me devais de te dire ce que ça représente d’être trompé. Je ne te le souhaite pas, mais il faut que tu comprennes que Bulle aura besoin de temps.
Feli : oui, je comprends bien mieux maintenant. Finalement, c’est à toi que j’aurais dû parler dès le départ
Paulo : j’espère ne pas t’avoir démoralisé. Et j’espère que tu sauras être patient aussi.
Feli : je le serais. Merci beaucoup !! 


De son côté, Quiterie parlait avec Veronica
Quiterie : comment tu vas ?
Veronica : Feli n’arrête pas de me rejeter, mais je sais qu’il finira par céder
Quiterie : je ne sais pas comment tu fais pour autant avoir le moral alors que tu t’es faites rejeté plusieurs fois !
Veronica : parce que je l’aime, et je sais que lui aussi !! d’ailleurs je sais comment faire pour qu’il le sache !
Quiterie : qu’est-ce que tu comptes faire ? Je pense qu’il faut que tu arrêtes d’en faire autant, tu es déjà assez détestée comme ça !
Veronica : je m’en fiche d’être détestée tant que je récupère mon Feli !
Quiterie : il a l’air d’être amoureux de Bulle 
Veronica : NON ! Ce n’est qu’une alcoolique, égocentrique qui m’a piqué l’amour de ma vie ! elle a fait exprès de lui faire un enfant pour le retenir !!! C’est la seule chose qui le retient, ce petit gosse mal élevé qui ressemble à sa mère !!!!
Quiterie : tu sais, même si un jour tu récupère Feli, il faudra que tu acceptes son fils
Veronica : malheureusement ! mais nous en auront un, à 2 ! et il se rendra compte que c’est mieux d’avoir un enfant avec moi !!!
Quiterie : écoute Vero, fais attention quand même à ce que tu fais et ce que tu dis ! Elle est la femme de Feli, et tu risques d’aggraver ton cas en parlant comme ça !
Veronica : t’inquiète, je t’ai déjà dit, je sais comment avoir Feli à mes pieds…

 
Tout le monde papotait, mais quand arriva la balle de match pour Tommy, ils arrêtèrent tous pour regarder et encourager Tommy. Sauf Rafa qui continuait à raconter sa vie à sa sœur, ce qui la dérangeait puisqu’elle voulait voir le match de Tommy.
Rafa : oui j’ai fais une grosse bêtise, mais maintenant je vais être papa, donc je vais être un homme responsable ! et je veux gagner ce tournoi aussi, tu comprends sœurette ?!!
Maribel regardant le match : …………………
Rafa : Maribel ???
Maribel : VAMOS TOMMY !!!!!
Rafa : quoi ??? je te parle et tu m’écoutes pas ? tout ça pour Tommy ?
Serena : Rafa, tais toi ! c’est la balle de match !!

Rafa se sentit vexé, mais se tut le temps de la dernière balle. Tommy la gagna et remporta le match. Tout le monde se leva pour l’applaudir, et Maribel se fit entendre pour féliciter Tommy
Maribel : BRAVO TOMMY !!!!!! T’es trop fort !!!
Rafa : Maribel…il a gagné en 5 sets !
Maribel : écoutes Rafa, je pense que tu t’es rendu compte que… Tommy et moi sommes de nouveau ensemble !!
Rafa : après tout le mal qu’il t’a fait ?
Maribel : que l’on s’est fait Rafa !!! On s’est quitté d’un commun accord parce qu’on s’aimait mais ça n’allait plus entre nous, on se disputait constamment 
Rafa : alors ça redeviendra pareil !
Maribel : pourquoi t’es contre Tommy maintenant ?
Rafa : parce que je t’ai vu déprimer pendant des mois à cause de lui ! Et qu’il a osé venir me frapper, dans ma propre maison
Maribel : pendant que tu trompais ta femme avec la première venue ! Alors je suis de tout cœur avec Tommy !
Rafa : mais ça ne le regardait pas !
Serena : je ne voudrais pas me mêler de votre conversation, mais Tommy est un homme merveilleux qui a pris soin de moi quand toi tu ne le faisais pas parce que tu étais trop occupé à t’amuser avec une autre.  Alors à ta place je serais heureuse que ma sœur soit avec quelqu’un d’aussi bien !
Maribel : merci Serena ! Tu vois Rafa, il est génial ! Il est attentionné et généreux, il est doux, et il ne m’a jamais trompé. Chose que toi tu as faite à Serena. Alors ne le critique plus ! Merci


Puisque le match s’était joué en 5 sets, il était déjà 14h et tout le monde avait faim. Ils allèrent donc manger avant de revenir pour le match de Nando. Mais Maribel décida d’attendre Tommy pour aller manger. John Rafa décida de s’éclipser quelques minutes avant de rejoindre les autres au restaurant de l’USO.  Il alla en fait dans les vestiaires pour parler à Tommy.
Rafa était furieux contre lui. Il le coinça violemment contre le mur. Nando qui était à côté, décidé à se concentrer pour son match, vit toute la scène
Tommy  : Rafa, qu’est-ce qu’il t’arrive ???
Nando : mais Rafa t’es devenu fou ??
Rafa     : je ne t’ai jamais rien dit après que tu m’ais frappé, mais saches que toi tu n’en mérites pas moins !!!! tu as fait du mal à ma sœur, et maintenant tu oses aller la reconquérir ??
Tommy : Rafa, c’est elle qui m’a recontacté ! et puis moi aussi j’ai souffert !!
Rafa : je ne veux pas que tu te remettes avec ma sœur !!
Tommy : écoute Rafa, tu n’as peut-être pas digéré le coup de poing que je t’ai mis, mais si je l’ai fait c’est parce que tu le méritais
Nando : il a raison, tu as trompé ta femme, qui est en plus la meilleure amie de Tommy !
Tommy : alors j’aimerais que tu reconnaisses tes torts et que tu ne m’en veuilles plus
Rafa : je reconnais mes torts, mais tu n’avais pas à t’en mêler ! et tu as fait trop de mal à ma sœur pour te remettre avec elle !
Tommy : c’est à elle de décider si elle veut être avec moi ou non ! et je l’aime, alors j’espère qu’elle le voudra !
Rafa : moi j’espère que non !!

Rafa le lâcha et s’en alla rejoindre les autres.
Nando : ça va Tommy ?
Tommy : oui oui t’inquiète pas, concentre toi sur ton match, moi je vais bien !
Nando : je ne savais pas Rafa aussi rancunier !
Tommy : moi non plus…j’espère qu’il ne s’interposera pas entre Maribel et moi
Nando : mais non, tu es son ami et il va vite revenir à la raison
Tommy : j’espère !! Aller concentre toi sur ton match et gagne-le !!! Vamos !!


Tommy alla se laver, Nando continua à se concentrer pour son match et Rafa alla rejoindre les autres au restaurant
Feli : tu étais ou Rafa ?
Rafa : oh nulle part, j’avais juste besoin de me dégourdir les jambes !
Nole : moi aussi, alors cet après-midi je vais aller m’entraîner un peu
Mélo : ooh noon, mon Lemu ! moi je voulais que tu restes avec moi !
Nole : je ne peux pas, je dois m’entraîner pour le match de demain !
Mélo : tu ne peux pas écourter un peu ton entraînement ?
Nole : ma chérie, j’ai déjà passé la matinée avec toi !
Mélo : oui mais…
********* : Nole mon chériii !!!!
Ils se retournèrent tous et virent les parents de Nole
Vanessa : c’est la semaine de la famille ou quoi ?
Lucie : on dirait bien !
Nole : papa, maman !!!! qu’est-ce que vous faites ici ??
Mme Djokovic : tu ne crois tout de même pas qu’on allait regarder ce grand tournoi à la télé ??
M. djoko : on voulait te voir gagner en direct !! alors on est venus !
Nole : comme c’est gentil !!
Rafa tout bas : sauf que c’est moi qui vais le gagner ce tournoi !!!
Nole l’entendit et sourit.
Mme djoko : ça te dit qu’on passe l’après-midi ensemble ? ou tu dois t’entraîner ?
Nole : non, je devais juste m’entraîner une petite heure, mais tu sais bien que je n’en n’ai pas besoin, c’était juste pour dire d’être sûr de moi. Mais je peux sauter cet entraînement, je me sens bien pour demain !
Mme djoko : très bien ! on va pouvoir aller se promener dans New York alors !!

Mélo n’en revenait pas. Elle se sentait exclu de la vie de son Nole depuis déjà quelques jours, et le voir faire des efforts pour ses parents et non pour elle la rendait folle.
Nole : Mélo tu es contente, on va passer du temps ensemble !!!
Mélo : oh je crois que je ne vais pas pouvoir ! 
Mme djoko : pourquoi ça ? tu sais que tu es la bienvenue dans notre famille !
Mélo : j’ai promis à mes amis de rester pour voir le match de Nando, et je suis quelqu'un de parole !
M. djoko : bon alors nous aurons le temps de nous voir un autre jour, ce n’est pas grave !

Nole se leva et discuta avec eux quelques minutes. Quand le serveur ramena les assiettes, ses parents qui avaient déjà mangés les laissèrent. Nole devait les retrouver après.
Vivi : bon aller faut manger vite parce que le match de Nando va bientôt commencer !
Nole : oui et moi j’ai des choses à faire !
Mélo : oui tu dois t’entrai….à non, tu dois aller t’amuser, pardon !
Nole : tu devrais venir avec nous, Nando a assez de supporters comme ça !
Mélo le fusillant du regard : je fais toujours ce que je dis !! et j’ai dit que je resterais avec mes ami(e)s aujourd’hui, alors je le fais !
Nole : ok ça va, ne t’énerve pas.


Ils mangèrent rapidement et allèrent voir Nando jouer tandis que Richard alla aux vestiaires pour se préparer pour son match.
Rafa était à côté de Serena, mais il resta silencieux tout le temps puisqu’il pensait à Tommy et Maribel. Feli était déprimé et décida d’aller s’assoir seul. John avait laissé Vanessa quelque minutes pour aller aux toilettes et Bulle était assise à côté de Mélo, mais elle était encore dans ses pensées.
Mélo : qu’est-ce qu’il t’arrives Bulle ?
Bulle : moi ? rien du tout !
Mélo : je te connais, et je vois bien que quelque chose te tracasse !
Bulle : mais non, pourquoi dis-tu ça ?
Mélo : parce que tu as le regard vide depuis ce matin ! Toutes les 5 minutes tu cherches quelqu’un, mais je ne sais trop qui, et tu ne parles pas !
Bulle : je cherche Victor !
Mélo : pourquoi ?
Bulle : je dois lui parler, tout simplement !
Mélo : et ça te mets dans cet état-là ?
Bulle changeant de conversation : pourquoi tu n’es pas allé avec Nole et sa famille ?
Mélo : parce que je voulais passer du temps avec Nole et qu’il me l’a refusé, alors que dès que sa famille est arrivé il a commencé à négliger son entrainement.
Bulle : je comprends. Mais dis-toi qu’il ne voit pas souvent sa famille
Mélo : et moi je ne le vois quasiment plus non plus ! il passe son temps sur les courts et le soir il regarde les matchs de ses adversaires à la télé pour l’étudier à fond.
Bulle : alors dis-lui
Mélo : c’est déjà fait !
Bulle : et qu’est-ce qu’il t’a dit ?
Mélo : qu’il ferait des efforts…mais c’est faux !
Elles continuèrent à discuter encore un peu jusqu’à ce que Bulle soit de nouveaux plongé dans ses pensées et Mélo dans sa colère.


Lucie et Vivi quant à elles, gardaient les enfants. Mais une fois le match de Nando commencé, Vivi ne faisait plus vraiment attention aux enfants. Elle suivait le match de son chéri mais une surprise arriva de nouveau pour elle
**** : salut Vivi !!
Vivi : oh Andy, qu’est-ce que tu fais ici ?
Andy : je suis venu voir Nando jouer, tout comme toi, non ?
Vivi : bien entendu ! c’est mon petit ami, je ne peux pas louper ses matchs !
Andy : par contre son tee-shirt n’est pas très beau, tu ne trouves pas ?
Vivi : je suis de ton avis, mais il ne m’a pas écouté… 
Andy : moi à sa place, je t’aurais écouté ! je t’écouterais toujours si j’avais sa chance !
Vivi se mit à rougir 

Vivi et Andy continuaient à discuter quand le téléphone de Lucie sonna. Richard avait oublié quelque chose dans le sac de celle-ci, et elle devait descendre à l’entrée des vestiaires.
Lucie coupa donc Vivi : Vivi !! est-ce que tu pourrais garder les enfants, je dois aller voir Richard
Vivi l’écoutant à peine : oui oui

Lucie partit et Vivi continua de discuter avec Andy. Au bout d’un certain moment, Andy décida de quitter Vivi et il lui fit un petit bisou sur la joue. Ce fut juste à ce moment précis que Nando se retourna pour regarder du côté de son clan, et il vit la scène. Cela le déconcentra totalement.

Au même moment, Vanessa trouvait que John mettait beaucoup de temps pour être simplement allé aux toilettes. Elle décida d’aller le chercher, mais elle le vit discuter avec ses parents. Elle était derrière lui, mais John étant si grand, ses parents ne se rendirent pas compte que Vanessa était là. Elle put alors écouter toute la discussion
Maman John : écoute John, elle n’est pas faite pour toi et tu le sais ! tu mérites bien mieux !
John : maman, je vais me marier, alors il va falloir que tu commences à l’accepter !
Papa John : mais John, ouvre les yeux ! tu vas faire une bêtise !
John : je l’aime !
Papa John : auparavant aussi tu en as aimé des filles, et si tu t’étais marié avec elles, tu serais aussi divorcé aujourd’hui !
John : c’est différent avec elle !
Maman John : en quoi est-ce différent ?
John : je me sens si bien avec elle ! et je suis triste que vous ne l’aimiez pas !
Maman John : c’est une française arrogante qui a déjà un enfant. Elle cherche juste un père pour son enfant et elle a pris le premier venu !! Tu as pensé à ce que va penser tout le monde en découvrant cette relation ? En plus tu nous à bien dit que c’était son ex qui avait la garde de l’enfant ? c’est donc qu’elle n’est pas digne de confiance !



Vanessa qui avait tout entendu ne supporta plus ce discours et décida d’intervenir.
Vanessa  : je ne suis pas arrogante, je suis simplement une femme qui aime votre fils. Contrairement à vous, je ne veux que son bonheur. Par contre vous, vous n’êtes qu’une égoïste qui ne pense qu’à la presse et non au bonheur de son propre enfant. J’ai fait des erreurs dans le passé, mais j’aime mon fils !
Maman John : premièrement vous n’avez pas à me parler sur ce ton ! Et ensuite, ne me dites pas que je n’aime pas mon fils parce que vous ne savez rien ni de nous, ni de mon fils ! Alors allez-vous occuper de votre enfant et laissez John fonder sa propre famille.
Vanessa : je ne comprends pas qu’un homme aussi respectueux et bon que John ait été élevé par une mère aussi horrible !!!
John  : Vanessa !!!
Vanessa  : ba quoi ? c’est pas vrai peut-être ? Elle est horrible ! Elle ne peut pas comprendre que même si une femme a déjà un enfant, elle peut quand même avoir des sentiments ? Il faut ouvrir les yeux, les parents ne choisissent plus les époux/ses de leurs enfants, c’est passé tout ça ! Il faudrait peut-être vivre avec son temps !!
Maman John : tu vois comme elle me parle John ? Tu vois comme elle est arrogante ??
Vanessa : et vous une mauvaise langue qui cherche à rendre la vie impossible à son fils !!
John  : VANESSA !!! CA SUFFIT MAINTENANT !!!
John paraissait vraiment énervé et Vanessa s’en rendit compte. Elle pensa qu’elle avait peut-être dépassé les bornes. En fin de compte, elle était tout de même sa mère, celle qui lui avait donné la vie et qui l’avait élevé, et bien que cela ne le paraissait pas, si John est qui il est aujourd’hui, ça reste grâce à ses parents
Vanessa : John, je…
John lui coupa la parole : pars !!!! Je ne veux plus te parler pour le moment !!!!
Vanessa    : mais…
John : Pars je t’ai dit !!!!!!

Vanessa partit donc. Triste et s’en voulant beaucoup, mais la mère de John avait été tellement odieuse avec elle qu’elle n’avait pas su se contenir.
Elle alla donc s’assoir avec les autres qui regardaient le match de Nando. Tommy et Maribel étaient eux aussi de retour. Celle-ci s’était assise à côté de Rafa et essayait de faire comme lui le matin même : elle lui parlait, en essayant d’inclure Tommy dans les conversations pour que la joie entre les 2 amis revienne.

Puis Lucie revint également. Elle reprit sa place et chercha les enfants
Lucie   : Vivi, les enfants sont avec qui ?
Vivi à fond dans le match : hein ? quoi ??
Lucie : les enfants ??? ils sont ou et avec qui ?
Vivi : je sais pas, c’est toi qui les gardais, non ?!
Lucie : Non !! je t’avais dit de les garder parce que je devais aller voir Richard !
Vivi : non tu ne m’as pas dit ça !
Lucie : mais bien sûr que si !!! Ne me dis pas que tu étais trop occupé avec Andy pour m’occuper et t’occuper des enfants ??????
Vivi toute stressée : non…non mais…je ne t’ai pas entendu…
Lucie  : OU SONT MES ENFANTS ???????????????????????

Tout le monde se retourna, et Lucie se mit à pleurer tant elle se mit à avoir peur. Ils regardèrent donc tous autour d’eux, mais les enfants n’étaient pas dans les gradins.